Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Algérie.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Algérie flag Algérie :

Présentation de l'Algérie : Politique

Chefs de gouvernement
Président élu : Abdelmadjid Tebboune (prise de fonction le 19 décembre 2019)
Premier Ministre : Ayman Benabderrahmane (depuis le 7 juillet 2021)
Les prochaines élections :
Président : 2024
Conseil de la nation : NA
Assemblée populaire nationale : 2026
Le contexte politique actuel
L’annonce de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika pour un 5e mandat a provoqué des manifestations de masse et une mobilisation populaire pacifique en faveur du départ de « l’ancien establishment ». Face à la contestation, Bouteflika a annoncé le report de l’élection présidentielle au mois de mars, sa décision de renoncer à un cinquième mandat et sa démission (le 2 avril). Elu le 12 décembre 2019 avec 58,51% des suffrages exprimés, Abdelmajid Tebboune a répondu aux manifestations pacifiques hebdomadaires ("Hirak") en promulguant une Constitution révisée, adoptée par référendum le 1er novembre 2020. Elle prévoit des élections plus transparentes et la gestion des deniers publics . Cependant, la situation politique intérieure est devenue de plus en plus tendue dans le contexte des élections anticipées qui se sont tenues en juin 2021. Avec seulement 23 % de participation, l'élection a connu le taux de participation le plus faible de ceux organisés pour la législature de l'histoire algérienne. Suite à la démission du Premier ministre Abdelaziz Djerad, le ministre des Finances Ayman Benabderrahmane a été nommé Premier ministre. Sur la scène internationale, les tensions se sont accrues entre l'Algérie et le Maroc. Les groupes extrémistes du Mali, de la Libye et du Niger voisins constituent également une menace pour la stabilité politique en Algérie.
Main Political Parties
À la suite de la libéralisation de la loi électorale en 1997, des dizaines de partis politiques ont fait irruption dans la sphère parlementaire. Cependant, la majorité du pouvoir politique est toujours détenue par le parti présidentiel, le Front de Libération Nationale (FLN).

- Le Front de Libération Nationale (FLN) : gauche, détient environ la moitié des sièges au parlement; fut un temps le seul parti autorisé par la loi.
- Le Rassemblement National Démocratique (RND) : centriste, libéral; créé à l'origine par le pouvoir militaire comme alternative politique, mais toujours très proche des positions du FLN
- Alliance de l'Algérie Verte : coalitionislamiste formée en 2012, vise à remédier au refus apparent du gouvernement de mener des réformes, se compose de plusieurs mouvements, dont le Mouvement de la Société pour la Paix (Hamas), le Mouvement de la Renaissance Islamique (Ennahda), et le Mouvement pour la Réforme Nationale (Islah).
- Parti des travailleurs: parti politique trotskyste en Algérie.

Pendant les élections présidentielles de 2019, le candidat du FNL a obtenu 58,13% des votes, celui du MRI – FJD – Bina a fait un score de 17,37%, celui d’Avant-Garde des Libertés a compté 10,55% des voix, celui de RND a obtenu 7,28% des suffrages et celui du Front El Moustakbal a eu 6,67% des votes.
Plusieurs partis ont boycotté les élections présidentielles de 2019.

Nature de l'Etat :
L'Algérie est une démocratie représentative constitutionnelle. Elle repose sur un régime semi-présidentiel multipartiste.
Le pouvoir exécutif
Le Président de la République est le chef de l'État. Il est élu au suffrage universel direct pour cinq ans. Il nomme le Premier Ministre et son gouvernement sur proposition du Premier Ministre. Le Premier Ministre fixe le montant des dépenses et recettes de l’État, et prépare une partie des projets de loi.

Le parlement a voté une loi début 2016, qui rétablit une limite de deux mandats pour le président. A la suite de cette réforme, le Président doit également consulter le parlement pour le choix du premier Ministre.

Le pouvoir législatif
Le parlement est bicaméral et composé du Conseil de la Nation et de l’Assemblée Populaire Nationale. Les sénateurs sont élus au suffrage universel indirect pour six ans (renouvelable tous les trois ans). Les députés sont élus au suffrage universel direct. Ils examinent successivement les projets et propositions de loi, votent les lois et contrôlent le gouvernement. Le parlement a voté une loi constitutionnelle au début de l’année 2016, qui étend ses pouvoirs.
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
6/7
Libertés individuelles :
5/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
146/180

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022