Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Cuba.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Cuba flag Cuba :

Présentation de Cuba : Politique

Chefs de gouvernement
Président : Miguel Diaz-Canel (élu le 19 avril 2018)
Vice Président : Salvador Valdes Mesa (élu le 19 avril 2018)
Premier ministre: Manuel Marrero Cruz (depuis le 21 décembre 2019)
Les prochaines élections :
Législatives : 2023
Main Political Parties
La Constitution cubaine ne reconnaît qu'un seul parti légal: le Parti communiste cubain (PCC) dont le premier secrétaire est Raúl Castro depuis avril 2011.

Cependant, il existe d'autres parties - non reconnues - dans le pays. La plupart de ces partis reçoivent des fonds et un soutien d'organisations basées à Miami et liées aux organisations et agences anti-communistes du gouvernement américain, même s'il est illégal pour une organisation politique de recevoir des fonds d'un gouvernement étranger en vertu de la loi cubaine.

Nature de l'Etat :
République socialiste marxiste-léniniste.
Le pouvoir exécutif
Le président est à la fois le chef de l'Etat et du gouvernement. Il est élu par l'Assemblée Nationale pour un mandat de cinq ans qui peut être renouvelé une fois. Le Premier ministre est le chef du gouvernement et président du Conseil des ministres. Le président détient le pouvoir exécutif, il est aussi le commandant en chef de l'armée. C'est lui qui contrôle la plupart des aspects de la vie de Cuba, à travers le Parti Communiste Cubain (PCC). Le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste est le chef de facto de Cuba, car c'est la plus haute fonction du pays, suivie du président et du premier ministre.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif est monocaméral et appartient à l'Assemblée nationale du pouvoir populaire (Asamblea Nacional del Poder Popular). Ses 605 membres sont élus directement à la majorité absolue et exercent un mandat de 5 ans. Les candidats sont élus sans implication officielle du parti, bien que les assemblées élues se composent principalement de membres du parti dominant aux côtés de candidats non affiliés. Les membres de l'Assemblée sont chargés de choisir le Conseil d'État, qui se compose d'un président, d'un premier vice-président, de cinq vice-présidents, d'un secrétaire et de 23 autres membres. L'Assemblée nationale est également chargée de décider de la constitutionnalité des lois et d'apporter des modifications à la Constitution si nécessaire. En juillet 2019, l'Assemblée nationale a adopté une nouvelle législation qui réduit le nombre de députés de 605 à 474, elle entrera en vigueur lors des élections générales de 2023.
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7
Libertés individuelles :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
171/180

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Septembre 2022