Djibouti flag Djibouti :

Risque pays de Djibouti : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Après avoir été frappée par la crise financière mondiale, la sécheresse et la hausse des prix des matières premières, l'économie djiboutienne a retrouvé une dynamique positive en 2019, avec une croissance de 7,5 %. Cependant, en raison de l'apparition de la pandémie de Covid-19, la croissance du PIB a fortement ralenti, atteignant seulement 1 % en 2020 (FMI). Selon les estimations du FMI, la croissance économique est revenue à 5 % en 2021 et devrait encore se renforcer à 5,5 % en 2022 et 6 % en 2023 (FMI), tirée par la hausse de la demande de services de logistique et de transbordement et la reprise des investissements publics et privés dans les infrastructures (Coface).
 
Comparé à d'autres pays, Djibouti n'a pas été confronté à une grave épidémie de COVID-19, car les autorités ont agi rapidement pour contenir et atténuer la propagation et l'impact du virus. Néanmoins, l'économie n'a guère été touchée par la baisse de la demande extérieure et par les mesures de prévention et d'endiguement prises au niveau national (FMI). En effet, l'économie de Djibouti repose principalement sur les services de transport et de logistique (85% du PIB) et avant la crise bénéficiait des activités commerciales de l'Éthiopie (Coface). Les activités de réexportation depuis le terminal de Doraleh ont fortement chuté. Le FMI a approuvé un prêt de 43,4 millions USD pour soutenir la réponse des autorités à la crise du COVID-19, ainsi qu'un allégement de la dette dans le cadre du Catastrophe Containment and Relief Trust. La crise et la réponse politique (avec des dépenses équivalentes à 2,4% du PIB) conduisent à un creusement du déficit public (Coface). Il est passé de 0,5% du PIB en 2019 à 2,3% du PIB en 2020 (BAD). Selon la BAD, la reprise de l'économie et des investissements devrait soutenir une diminution des déficits budgétaires à 2% du PIB en 2021 et à 1,2% du PIB en 2022. En raison d'importants investissements dans les projets d'infrastructure, la dette publique est passée de 50,2% du PIB en 2015 à 72,9% prévu. en 2020 (BAD), conduisant à un risque élevé de surendettement. Le FMI estime les niveaux de dette à 42,2% du PIB en 2020, 40,2% du PIB en 2021 et 38,2% du PIB en 2022. L'inflation est passée de 3,3% en 2019 à 2,9% en 2020, et devrait encore baisser à 2,4% en 2021 et 2,1% en 2022 (FMI). La politique monétaire basée sur le rattachement de la monnaie nationale au dollar américain se traduit par une inflation faible et stable. Promouvoir une reprise forte et inclusive et préserver la viabilité de la dette à moyen terme est une priorité. Le gouvernement poursuivra également la stratégie Vision Djibouti 2035, qui vise à transformer le pays en une économie à revenu intermédiaire et un hub logistique et commercial pour l'Afrique de l'Est. Parmi les autres défis, citons la mauvaise gouvernance, la dépendance croissante à l'égard de l'Éthiopie et de la Chine, et le fossé grandissant entre la partie moderne de l'économie et la partie informelle archaïque dont la population est largement dépendante (Coface). En outre, la détérioration du climat économique et sécuritaire chez les principaux partenaires économiques de Djibouti (Yémen, Somalie et Éthiopie) présente des risques pour l'économie du pays, qui accueille un nombre croissant de réfugiés fuyant le conflit au Yémen.


Malgré des indicateurs économiques positifs, Djibouti reste un pays pauvre avec un taux de chômage élevé de 28,39% de la population active totale en 2020 (Banque mondiale, estimation modélisée de l'OIT), de vastes inégalités et un faible niveau d'éducation. La population dans son ensemble profite peu des revenus tirés de l'accueil des garnisons étrangères et des activités portuaires, sachant qu'environ 16% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté de 1,90 USD par jour et que plus d'un cinquième de la population vit dans l'extrême pauvreté (Banque mondiale). Djibouti est classé 166/189 dans l'indice de développement humain des Nations Unies.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 
 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
Agence Djiboutienne d'Information.
Jeune Afrique, Informations de Djibouti.
allAfrica.com, Informations sur les nouvelles de Djibouti
Sites Internet de Djibouti
afrol News, Djibouti
La Nation
Les ressources utiles
Ministère de l'économie, des finances, de la planification et de la privatisation
Banque Centrale

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Septembre 2022