Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Egypte.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Egypte flag Egypte :

Risque pays de l'Égypte : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Après s'être remise de la crise politique interne et du soulèvement révolutionnaire de 2011, l'économie égyptienne a récemment ralenti en raison de l'apparition du COVID-19. Selon les estimations du FMI, la croissance du PIB a continué de baisser à 3,3 % en 2021 contre 3,6 % en 2020. Malgré ce ralentissement, l'Égypte est restée l'un des rares pays à afficher un taux de croissance positif en 2021. Selon les prévisions du FMI, la croissance du PIB devrait remonter à 5,2 % en 2022 et 5,6 % en 2023, sous réserve de l'assouplissement des mesures sanitaires et d'une reprise économique mondiale post-pandémique.

En 2021, l'économie égyptienne a continué d'être touchée par la pandémie de COVID-19, la reprise ayant été retardée par une nouvelle recrudescence des infections et l'émergence de nouvelles variantes de Covid-19. Les mesures proactives prises pour répondre aux besoins sanitaires et sociaux et soutenir les secteurs les plus directement touchés, ainsi que le programme de réforme économique appuyé par le FMI, ont contribué à atténuer l'impact économique et humain de la crise (FMI). De plus, avant la pandémie, le pays était déjà en position de force car il avait mis en œuvre un programme de réformes économiques comprenant des mesures d'assainissement budgétaire, l'introduction d'un taux de change flottant et d'importantes réductions des subventions. En 2021, le déficit budgétaire a légèrement augmenté à -7,6 % du PIB (contre -7 % du PIB en 2020), et devrait diminuer à -6,5 % du PIB en 2022 et -5,6 % du PIB en 2023 grâce à la reprise économique (FMI). Le ratio dette publique/PIB est passé à 91,4 % en 2021 (contre 89,8 % en 2020) et devrait baisser à 89,5 % en 2022 et 86,2 % en 2023 (FMI). Les parts non-résidentes et devises de la dette publique devraient augmenter avec les financements internationaux (Coface). Une politique monétaire appropriée a permis au taux d'inflation de continuer à baisser et de rester bien en deçà de la fourchette cible de la banque centrale, atteignant 4,5 % en 2021. Il devrait rester maîtrisé mais remonter à 6,3 % en 2022 et 7,1 % en 2023, selon les estimations du FMI. Pour 2022, la priorité reste de soutenir la reprise économique tout en continuant à préserver la stabilité macroéconomique. Les autorités sont déterminées à poursuivre le programme de réformes structurelles qui vise une croissance tirée par le secteur privé plus inclusive et durable, la création d'emplois durables et une meilleure résilience externe (FMI). La reprise post-Covid-19 du pays sera guidée par la stratégie Egypt Vision 2030, qui comprend de nombreux programmes liés au transport, à l'entrepreneuriat, à la logistique, à l'environnement, etc. (Oxford Business Group). Les principaux risques comprennent une pandémie persistante de COVID-19, des conditions de financement moins favorables pour les marchés émergents et une baisse des envois de fonds (FMI).

Le taux de chômage officiel, après avoir atteint son plus haut niveau des 11 dernières années en 2015 (13,4 %), diminue lentement depuis lors. Cependant, en raison de la pandémie de COVID-19, il est passé à 9,3 % en 2021 et devrait rester à ce niveau en 2022 (9,2 %) selon les estimations du FMI. On estime que les trois quarts de tous les employés sont payés en tant que travailleurs non officiels et que 32,5% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (agence nationale des statistiques CAPMAS). Le chômage des jeunes femmes reste très élevé (53 % en 2019 selon la Banque mondiale).

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
55,7/100
Rang mondial :
130
Rang régional :
11

Liberté économique dans le monde (carte interactive)
Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
5.47/10
Rang mondial :
62/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
Egypt Today
Cairo Times
Les ressources utiles
Ministère des finances
Ministère du Commerce et de l'Industrie 
Banque Centrale d'Egypte

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2022