Erythrée flag Erythrée :

Risque pays de l'Erythrée : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'Érythrée est l'un des pays les plus fermés au monde. Elle était déjà confrontée à une situation économique très difficile en raison de sécheresses chroniques, d'une forte baisse des envois de fonds de la diaspora, de politiques autarciques et de tensions passées avec l'Éthiopie lorsqu'elle a été frappée par le déclenchement de la pandémie de COVID-19 et une invasion acridienne. Après avoir reculé de -0,6 % en 2020, la croissance économique a rebondi à 2,9 % en 2021, tirée par un rebond des exportations de métaux (FMI). Selon les estimations du FMI, la croissance du PIB accélérera encore à 4,8 % en 2022 avant de ralentir à 3,8 % en 2023. La croissance devrait être stimulée par un retour à la normale dans les services, la hausse des revenus d'exportation des activités minières et la construction du projet de potasse Colluli (Coface).


En 2021, l'économie érythréenne a commencé à se remettre de l'invasion acridienne et des effets de la crise du COVID-19 qui, malgré de faibles impacts sur la santé, a provoqué un choc de l'offre et de la demande et entraîné la détérioration des finances publiques. La hausse des recettes a permis de réduire le déficit budgétaire de -5,2 % du PIB en 2020 à -4,8 % du PIB en 2021 (Coface). Malgré la fin des mesures de soutien adoptées par le gouvernement pour aider les entreprises et aider les ménages les plus vulnérables, le solde budgétaire devrait rester déficitaire en 2022 (-1,5 % du PIB) en raison de la masse salariale de l'État et des investissements en capital dans les infrastructures (Coface ). Les déficits primaires et les taux d'intérêt effectifs réels élevés alimentent une importante dette publique (BAD). Selon les estimations du FMI, la dette publique est passée de 184,9 % en 2020 à 175,1 % en 2021, et diminuera encore à 159,3 % en 2022 et 149,5 % en 2023 en raison des efforts du gouvernement pour accélérer le service de la dette. Le niveau très élevé de la dette publique de l'Érythrée, essentiellement intérieure et libellée en monnaie locale, place le pays dans une situation de surendettement. Après plusieurs années de déflation due aux prix bas des biens de consommation importés à un taux de change surévalué (Coface), l'inflation est montée à 4,8% en 2020 en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement (FMI). Il a baissé à 4,3 % en 2021 et devrait rester stable en 2022 (4,2 %) en raison de la hausse des prix des matières premières (pétrole et alimentation), avant de redescendre à 2,5 % en 2023 (FMI). La reprise économique post-pandémique reste la priorité. Les relations normalisées de l'Érythrée avec ses voisins devraient apporter un dividende de paix substantiel et améliorer les relations avec les donateurs internationaux. Le gouvernement accorde la priorité à la réalisation de la sécurité, en particulier la sécurité alimentaire, et à l'expansion des ressources humaines et des infrastructures physiques, afin de participer plus efficacement au commerce international. Le pays est confronté à de nombreux défis, notamment la vulnérabilité aux chocs climatiques et mondiaux, les faiblesses institutionnelles, les infrastructures déficientes, le manque de statistiques fiables pour orienter les politiques et un environnement régional instable.
 
L’Érythrée, qui n’a pas tenu d’élections depuis 1993, est l’un des 10 pays les plus pauvres du monde. Elle souffre de famines récurrentes qui affectent une grande partie de la population (comme dans le cas d'El Niño en 2016) et les ONG ont été bannies du pays. Selon l'ONU, les violations des droits humains perpétrées par la dictature Afwerki ont conduit à un exode massif (15% de la population). On estime que 5 000 Érythréens fuient le pays chaque mois et seraient la deuxième plus grande communauté de réfugiés d'Europe derrière les Syriens. Le marché du travail est presque inexistant, poussant de nombreux Érythréens dans le secteur informel. Selon la Banque mondiale (estimation modélisée par l'OIT), le taux de chômage en Érythrée était de 7,9% de la population active totale en 2020. On estime que les travailleurs pauvres représentent 75,2% de l'emploi total (BAD). L'Érythrée est classée 180e sur 189 pays dans l'indice de développement humain publié par le PNUD.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 
 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
Eritrea Daily, Informations sur l'Erythrée
Allafrica.com, Informations sur l'Erythrée
Afrol, Informations sur l'Erythrée
Einnews.com , Informations sur l'Erythrée (en anglais)
Profile BBC Érythrée
Les ressources utiles

Banque Centrale (Site en construction)

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022