Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays France.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

France flag France :

Risque pays de la France : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

La France se classe au septième rang des puissances économiques mondiales, juste derrière le Royaume-Uni et l'Inde. La reprise du pays après la crise économique de 2008 est intervenue plus tard que dans d'autres pays européens et est restée fragile en raison de déséquilibres structurels. En 2020, en raison de la pandémie de COVID-19, la France a subi l'une des contractions économiques les plus fortes parmi les pays de l'UE (-8%), mais l'économie a commencé à se redresser en 2021. Selon les estimations du FMI, la croissance du PIB s'est élevée à 6,3% en 2021, tirée par le soutien public et par de solides investissements menés par le secteur privé. La croissance devrait se modérer à 3,9 % en 2022 et à 1,8 % en 2023, sous réserve de la poursuite du confinement du COVID-19, de la normalisation des difficultés de la chaîne d'approvisionnement et d'un environnement politique accommodant (FMI).

En 2020, la France figurait parmi les pays les plus touchés par la pandémie de COVID-19, mais l'économie a commencé à se redresser en 2021 grâce à un soutien budgétaire étendu et à un confinement efficace du virus (FMI). Le vaste programme de soutien d'urgence adopté en 2020, qui visait à soutenir les ménages et les entreprises en préservant les emplois et en fournissant des liquidités, a été augmenté en 2021 dans le contexte du troisième confinement partiel. L'enveloppe totale des mesures de crise et de relance pour 2020-22 s'élevait à 28 % du PIB du pays (FMI). En raison de ces mesures de soutien et de la baisse des recettes, le déficit budgétaire a encore augmenté pour atteindre -7,5 % du PIB en 2021, et devrait diminuer mais rester à un niveau élevé en 2022 (-4,6 % du PIB) et 2023 (-3,9 % du PIB) (FMI). La dette publique, qui était déjà l'une des plus élevées de la zone euro, a grimpé à 115,8 % du PIB en 2021 et devrait rester très élevée en 2022 (113,5 % du PIB) et 2023 (114,6 % du PIB). En raison de la flambée des prix de l'énergie et des goulots d'étranglement de la chaîne d'approvisionnement, l'inflation est passée de 0,5 % en 2020 à 2 % en 2021 (FMI). Il devrait baisser à 1,6 % en 2022 et 1,2 % en 2023 (FMI). Parmi les priorités pour 2022 figureront la poursuite de la mise en œuvre du Plan de Relance destiné à soutenir les entreprises françaises, limiter la montée du chômage et faciliter les transitions verte et numérique. Le plan France 2030 visera à stimuler l'innovation et l'investissement critiques. Outre le risque posé par une prolongation de la crise sanitaire jusqu'en 2022 en raison de nouvelles souches du virus de plus en plus virulentes et de la baisse de l'efficacité des vaccins, la France est confrontée à des défis structurels : chômage structurel élevé, faible compétitivité et endettement public et privé élevé. Les taux de chômage élevés, en particulier chez les jeunes, restent une préoccupation croissante pour les décideurs.

Le taux de chômage, qui diminuait avant la pandémie, a atteint environ 8,1 % en 2021 et devrait augmenter à 8,3 % en 2022 avant de redescendre à 8 % en 2023 (FMI). Le déploiement du dispositif de chômage partiel a limité les pertes d'emplois à grande échelle. La mobilité sociale reste faible et les taux d'emploi de nombreux groupes défavorisés sont faibles.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
7.74/10
Rang mondial :
15/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
Le monde (en français seulement)
Le Figaro (en français seulement)
Challenges (en français et anglais)
Libération (en français seulement)
Les Echos (en français seulement)
La Tribune (en français seulement)
Les ressources utiles
Ministère de l'Economie, Ministère de l’Action et des Comptes Publics
Ministère de l’agriculture et de l’alimentation
La Banque Centrale Européenne
La Banque de France

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Juin 2022