Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Ghana.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Ghana flag Ghana :

Risque pays du Ghana : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Le Ghana a toujours été classé parmi les dix économies africaines à la croissance la plus rapide depuis 2017, mais en 2020, la chute des prix du pétrole et la pandémie de Covid-19 ont plongé le pays dans la récession économique. Selon les estimations du FMI, la croissance du PIB est passée de 6,5 % en 2019 à 0,4 % en 2020. Soutenue par une solide campagne cacaoyère et une activité minière et de services, la croissance économique a rebondi à 4,7 % en 2021 et devrait encore s'accélérer pour atteindre 6,2 % en 2022 avant de ralentir à 4,7% en 2023. La baisse du niveau de production de pétrole, l'émergence de nouvaux variants du Covid-19 et la pression croissante sur les niveaux d'endettement dans un contexte de perte d'accès aux marchés financiers internationaux sont les risques majeurs identifiés par Focus Economics.

Le Ghana a été durement touché par la pandémie de Covid-19 et l'effondrement des revenus d'exportation du pétrole et du cacao. Le gouvernement a mis en place un plan de soutien, le Coronavirus Alleviation Programme, à hauteur de 3% du PIB (Coface), qui a permis de contenir les effets de la pandémie, mais a dégradé les finances publiques. Les perspectives économiques se sont améliorées en 2021 avec le début de la reprise de l'activité, mais les comptes publics du pays sont restés sous pression. La dette publique a continué d'augmenter, passant d'environ 78,9 % du PIB en 2020 à 83,5 % du PIB en 2021, et devrait encore augmenter pour atteindre 84,9 % du PIB en 2022 et 86,4 % du PIB en 2023 (FMI). Le Ghana est classé à haut risque de surendettement. En janvier 2022, Fitch Ratings a dégradé les notes de crédit souverain du Ghana. La dette est due en partie aux coûts exceptionnels de l'énergie et du secteur financier. En effet, les arriérés de l'Etat envers le secteur de l'énergie représentent 1% du PIB chaque année (Coface). Le paiement des intérêts de la dette pèse lourdement sur le déficit budgétaire, qui s'élevait à -13,9 % du PIB en 2021 (contre -15,2 % du PIB en 2020) (FMI). L'augmentation des recettes fiscales et de la demande extérieure de pétrole, d'or et de cacao devrait contribuer à réduire le déficit budgétaire à -10,5 % du PIB en 2022. La monétisation partielle du déficit a alimenté l'inflation, qui a atteint environ 9,9 % en 2020 (FMI). Avec la flambée des prix alimentaires, l'inflation est restée élevée en 2021 (9,3 %) et devrait légèrement diminuer à 8,8 % en 2022 et 8 % en 2023 (FMI). Pour relancer l'économie et attirer les investissements, les autorités ont adopté l'initiative COVID-19 Alleviation and Revitalization of Enterprises Support (CARES), un programme de 100 milliards de GHS sur 2020-2023 financé à 30% par le gouvernement (Coface). Les coupures d'électricité récurrentes ont conduit le gouvernement ghanéen à lancer une stratégie de diversification énergétique, principalement en augmentant la part des énergies renouvelables et en construisant des centrales nucléaires. Le gouvernement reste attaché au programme de relance du secteur énergétique (2019-2023) établi en collaboration avec la Banque mondiale. L'assainissement budgétaire reste la priorité, comme l'illustre la réduction supplémentaire de 20 % des dépenses budgétaires pour 2022 annoncée en janvier.

Malgré les bonnes performances du Ghana en termes de croissance économique, le pays est confronté à de fortes inégalités, à une pauvreté et un chômage croissants. Le Ghana a été classé 138e dans l'indice de développement humain 2020. Selon les estimations de la Banque mondiale, le taux de chômage dans le pays était d'environ 4,5% en 2020.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 
 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
Profil pays de la BBC, Ghana
Ghana Newspapers and News Sites
Allafrica, Ghana News
Afrol, News-Ghana
Portail d'information du Ghana
Les ressources utiles
Ministère des Finances
Ministère du Commerce et de l'Industrie
Ministère de l'Energie
Banque Nationale

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022