Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Italie.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Italie flag Italie :

Risque pays de l'Italie : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

L'économie italienne a été fortement touchée par la crise financière mondiale et n'est sortie de la récession qu'en 2015 ; cependant, le pays a été l'un des plus touchés par la crise induite par le COVID-19. Après avoir perdu près de 9 % en 2020, le PIB italien a rebondi d'environ 5,8 % en 2021, grâce à la consommation privée et à la hausse des investissements. L'économie italienne devrait s'engager sur une trajectoire d'expansion stable et soutenue cette année (+4,2 %), grâce aux investissements financés par la Facilité pour la Reprise et la Résilience (RRF) de l'UE, à l'atténuation des pénuries d'approvisionnement et à une politique budgétaire expansive. Pour 2023, le FMI prévoit une croissance de 1,6 % (2,3 % selon la Commission européenne), un taux encore largement supérieur à la moyenne de long terme de l'Italie.

Le budget primaire du pays (qui exclut les paiements d'intérêts) est structurellement positif ; cependant, le coût des intérêts sur la dette publique pèse lourdement sur les comptes de l'Italie, le budget des administrations publiques étant structurellement déficitaire. Cette tendance a été exacerbée par la crise induite par le COVID-19 (estimée à 4 % du PIB en 2021 par la Commission européenne), qui a entraîné une réduction des recettes provenant des impôts directs et indirects, ainsi qu'une augmentation des dépenses publiques. Au total, le solde des administrations publiques est négatif de 7,1 %. La reprise mondiale et la suppression progressive des mesures de soutien liées au COVID devraient favoriser une diminution progressive du déficit sur l'horizon de prévision (3,8 % cette année et 3,3 % en 2023 - FMI). Le ratio historiquement élevé de la dette au PIB a augmenté de plus de 20 pp en 2020, ne diminuant que légèrement en 2021 (154,8 %). Les dépenses d'intérêts devraient diminuer régulièrement en pourcentage du PIB compte tenu des conditions de financement favorables, ce qui profitera au ratio dette/PIB qui devrait se situer autour de 150 %. En tant qu'importateur net d'énergie, l'inflation de l'Italie a été stimulée par la hausse des coûts mondiaux de l'énergie au cours de l'année 2021, avec une inflation globale supérieure à 1,7 %. Un taux similaire devrait être enregistré cette année (1,8%) avant que l'indice ne commence à baisser en 2023 (1,2% - FMI).

Le taux de chômage, en hausse depuis la crise financière mondiale, a commencé à baisser ces dernières années ; cependant, il a grimpé en flèche au lendemain de la crise pandémique mondiale, atteignant 10,3 % en 2021. La fin des mesures de lutte contre la pandémie (y compris l'interdiction générale de licenciement et les programmes de maintien dans l'emploi des travailleurs du secteur manufacturier et de la construction) devrait entraîner une augmentation marginale du taux de chômage cette année (11,6%), avant de tomber à 11,4% d'ici 2023 (9,2% selon les estimations de la Commission européenne), dans un contexte d'augmentation progressive de l'offre de travail. L'Italie a des niveaux élevés de chômage des jeunes (29,8 % en septembre 2021 selon l'ISTAT), et les inégalités régionales entre le nord hautement industrialisé et dynamique et les zones rurales plus pauvres du sud du « Mezzogiorno » sont toujours élevées. De plus, l'Italie doit faire face à une baisse de la natalité et à une diminution de la population. Le PIB par habitant (PPA) de l'Italie était estimé à 43 376 USD par le FMI en 2021, juste en dessous de la moyenne de l'UE-27 (Eurostat).

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
6.57/10
Rang mondial :
39/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2020-2024

 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
La Stampa (en anglais)
Il Sole 24 Ore (en italien)
Corriere della Sera (en italien)
La Repubblica  (en italien)
Il Tempo (en italien)
Il Fatto Quotidiano (en italien)
Les ressources utiles
Ministère de l'Economie et des Finances
Ministère du Développement économique
Ministère de l'agriculture, de l'alimentation et des forêts (en italien)
Ministère des affaires étrangères
Banque d'Italie

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Septembre 2022