Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Jordanie.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Jordanie flag Jordanie :

Risque pays de la Jordanie : Commerce international

La Jordanie est très ouverte au commerce international, à tel point qu'elle est dépendante des capitaux étrangers ; cependant, la part du commerce international dans le PIB a considérablement diminué après 2014 et se situait en 2020 à 65,4 % (Banque mondiale, 2022). Les exportations sont alimentées par l'industrie textile, suivie par les secteurs chimique et minier (engrais, médicaments, potasse et phosphate). La Jordanie importe principalement des machines et du matériel de transport, du gaz, des produits bruts et pétroliers, des denrées alimentaires, des produits chimiques manufacturés et des machines électriques.

Les États-Unis étaient de loin la principale destination des exportations jordaniennes (25 %), suivis par l'Arabie saoudite et l'Inde (respectivement 12 %), l'Irak et les Émirats arabes unis. La Chine (16 %) et l'Arabie saoudite (13 %) étaient les principaux fournisseurs de biens de la Jordanie, devant les États-Unis (8,6 %), l'Allemagne (4,5 %) et les EAU (3,8 %). La Jordanie est membre de l'OMC et a signé un accord de libre-échange (ALE) avec les États-Unis en décembre 2001, permettant la suppression des droits de douane sur la majorité des biens et services depuis 2010, date à laquelle il a été pleinement mis en œuvre. La Jordanie a également signé un accord d'association avec l'UE. En 2016, l'UE a annoncé qu'elle faciliterait l'entrée des exportations jordaniennes afin de soutenir l'économie et l'intégration des réfugiés syriens. La Jordanie a annulé son accord de libre-échange avec la Turquie fin 2018, invoquant sa viabilité et son impact négatif sur la fabrication locale. Cet accord a été remplacé par un autre accord de libre-échange fin 2019. Outre les États-Unis, la Jordanie est également partie à des accords commerciaux bilatéraux avec le Canada et Singapour et est signataire de plusieurs accords commerciaux régionaux, dont l'Association européenne de libre-échange. (Norvège, Suisse, Liechtenstein), l'Accord de libre-échange du Grand Arabe (GAFTA) et l'Accord d'Aghadir (Égypte, Maroc, Tunisie) qui est lié à l'Accord d'association (UE).

La balance commerciale de la Jordanie est structurellement déficitaire, principalement en raison de la dépendance du pays aux importations d'hydrocarbures. Les exportations de biens s'élèvent à 7,7 milliards de USD et les importations de biens à 19,5 milliards de USD en 2021. Le déficit commercial du Royaume a augmenté de 29,2 % au cours des 11 premiers mois de 2021 pour atteindre 7,824 milliards de JD (11,03 milliards USD), par rapport à la même période en 2020, où il s'élevait à 6,056 milliards de JD ou 8,54 milliards de USD (Département jordanien des statistiques, janvier 2022). Le volume des exportations totales au cours de la période janvier-novembre 2021 a augmenté de 18,3 % pour atteindre 5,997 milliards de JD (8,45 milliards USD), par rapport à la même période de 2020. Le pourcentage de la couverture totale des exportations pour les importations au cours des 11 premiers mois de 2021 s'élevait à 43,4 % contre 45,6 % au cours de la même période de 2020, marquant une baisse de 2,2 % (Département jordanien des statistiques et Jordan Times, janvier 2022).

 
La coopération économique internationale
L'économie jordanienne est très ouverte. Le pays est membre de la Grande Zone Arabe de libre-échange (GAFTA), un pacte de la Ligue Arabe entré en vigueur depuis le 1er janvier 2005 qui vise à former une zone de libre-échange arabe. Il a aussi signé des accords bilatéraux de libre échange avec la plupart des pays de la Ligue Arabe. La Jordanie a signé un accord avec la zone européenne de libre-échange (EFTA), les États-Unis et Singapour. La Jordanie a signé l'Accord d'Association Euro-Méditerranéen qui prévoit l'établissement d'une zone de libre-échange entre l'Union Européenne et les autres pays signataires. Enfin, la Jordanie est membre de l'accord d'Agadir qui prévoit un système de libre-échange entre la Jordanie, la Tunisie et l'Égypte. La Jordanie a également signé un accord de libre-échange avec le Canada.
L'évaluation de la politique commerciale
La politique commerciale de la Jordanie, vue par l'OMC
Barrières aux échanges, inventoriées par les Etats-Unis
Barrières aux échanges, inventoriées par l'UE (en anglais)
Barrières sanitaires et phytosanitaires, inventoriées par l'UE
Le droit de douane moyen (hors produits agricoles)
Les droits de douane sont régis par la loi n°20/98 (en anglais). Celle-ci prévoit une réduction progressive des droits applicables plafonnés en 2003 à 30% (40% en 1998). Ce taux devrait être ramené à 20% maximum en 2010. Il existe ainsi une échelle de cinq taux pour les produits les plus courants: 0%, 5%, 10%, 20% ou 30%. L'alcool et le tabac sont eux taxés sur une échelle de 50 à 180%. Les importations de matières premières et de machineries à destination de la production de biens d'équipements ainsi que les produits alimentaires de base sont exemptés de taxe douanière.
Les ressources utiles
Bureau des Douanes Jordaniennes (en anglais)
Organisation nationale pour la propriété intellectuelle
C'est le Ministère de l'industrie et du commerce qui assure la protection de la propriété intellectuelle.
La Jordanie est considérée comme le pays de la région Moyen-Orient, Afrique du Nord faisant respecter de la façon la plus efficace la propriété intellectuelle. Elle fait partie de la Convention de Paris pour la Protection de la Propriété Industrielle, de l'Arrangement de Nice relatif à la Classification Internationale de Produits et Services pour le Registre des Marques ainsi que de la Convention de Berne pour la Protection des Œuvres Littéraires et Artistiques.

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022