Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Kenya.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Kenya flag Kenya :

Risque pays du Kenya : Commerce international

Le Kenya est largement ouvert au commerce extérieur, qui représente 27 % de son PIB (Banque mondiale, 2020). Le pays reste attaché à la libéralisation du commerce grâce à son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), au Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) et à la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE), qui comprend le Kenya, la Tanzanie, l'Ouganda, le Rwanda, le Burundi, et Soudan du Sud. L'EAC est en train d'établir une union monétaire d'ici 2024. L'EAC a également finalisé les négociations d'un APE avec l'UE en 2014, un accord ratifié par le Kenya en 2016. Le Kenya a également ratifié l'Accord de libre-échange continental africain et signé de nombreux accords commerciaux bilatéraux. Le pays négocie actuellement un accord de libre-échange avec les États-Unis et est l'un des cinq principaux bénéficiaires de l'initiative commerciale États-Unis-Afrique, l'African Growth and Opportunity Act (AGOA). La plupart des barrières tarifaires ont été éliminées et les droits de douane ne sont pas très élevés. Le Kenya exporte principalement des produits agricoles (thé, fleurs, café, fruits et légumes), des huiles de pétrole, des minerais de titane et des médicaments ; et importe principalement des produits pétroliers, de l'huile de palme, des médicaments, des céréales, des véhicules et des produits manufacturés.

Les principaux clients du pays sont l'Ouganda, le Pakistan, le Royaume-Uni, les États-Unis, les Pays-Bas et les Émirats arabes unis. Ses principaux fournisseurs sont la Chine (22 % des importations totales), l'Inde, les Émirats arabes unis, le Japon, l'Arabie saoudite, l'Indonésie et les États-Unis.

Le Kenya importe presque trois fois plus qu'il n'exporte, ce qui se traduit par une balance commerciale largement déficitaire. Cette situation perdure, du fait des importations liées à la modernisation des infrastructures et à l'exploration pétrolière. En 2020, le déficit commercial s'élevait à 9,4 milliards USD (OMC). Les exportations totales de marchandises ont atteint 6,03 milliards USD tandis que les importations totales de marchandises se sont élevées à 15,44 milliards USD. La facture des importations de services s'est élevée à 3,33 milliards USD tandis que les exportations de services ont généré environ 3 milliards USD. En 2020, malgré la crise du COVID-19, le secteur extérieur a fait preuve de résilience. La réduction de l'excédent des services a été atténuée par la baisse des importations en raison d'une demande intérieure plus faible. En 2022, les exportations de marchandises devraient bénéficier de la forte demande de fruits et légumes tandis que les exportations de services augmenteraient sensiblement avec le lent retour des touristes (Coface).

 
La coopération économique internationale
Membre du Marché Commun d'Afrique Orientale et Australe (COMESA)

Membre de la Communauté Est Africaine (CEA)

Membre de l'Union Africaine (UA)

Bénéficiaire des Accords de partenariat économique avec l'UE

Bénéficiare du programme African Growth and Opportunity Act (AGOA) avec les Etats-Unis

Bénéficiaire du Système de préférences généralisées de l'UE

L'évaluation de la politique commerciale
La politique commerciale du pays, vue par l'OMC
Barrières aux échanges, inventoriées par les Etats-Unis
Le droit de douane moyen (hors produits agricoles)
11,62%
Les ressources utiles
Département des Douanes et Accises
Organisation nationale pour la propriété intellectuelle
L'Institut kényan de propriété industrielle.
Le Bureau du Copyright du Kenya (KECOBO)

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022