Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Koweït.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Koweït flag Koweït :

Présentation du Koweït : Politique

Chefs de gouvernement
Émir : Sabah Al-Ahmad Al-Jaber Al-Sabah (depuis le 30 septembre 2020)
Premier ministre : Sabah Al-Khalid Al-Sabah (depuis le 19 novembre 2019)
Les prochaines élections :
Assemblée Nationale : 5 décembre 2024.
Main Political Parties
La constitution de parti est interdite, mais certains groupements politiques, tels que les groupes parlementaires, sont autorisés. On trouve notamment des groupes laïques ou religieux, mais la plupart des membres du parlement défendent en priorité les intérêts de leurs propres tribus.

Hadas, officiellement le Mouvement constitutionnel islamique, est une organisation politique islamiste koweïtienne, issue des Frères musulmans.

L'Alliance nationale islamique est un autre parti politique (chiite) au Koweït.y, les exportations non pétrolières ont augmenté de 11% en août 2020 à 43 millions USD, par rapport au même mois de 2019 (35 millions USD).

Nature de l'Etat :
Emirat constitutionnel héréditaire.
Le pouvoir exécutif
Le chef de l'État est l'Émir. Il s'agit d'un titre héréditaire. L'Émir détient le pouvoir exécutif absolu, il peut dissoudre le parlement, promulguer des lois, renvoyer des projets de loi devant le Parlement afin qu'ils soient reconsidérés, et nommer les officiers de l'armée. L'Émir nomme le Premier ministre, qui est aussi le chef du gouvernement, pour une durée indéterminée. Le Conseil des Ministres est nommé par le Premier ministre après approbation par l'Émir. Ce dernier peut dissoudre le Parlement, mais doit appeler à des élections anticipées dans les 60 jours.
Le pouvoir législatif
Le pouvoir législatif au Koweït est monocaméral. Le Parlement, appelé Assemblée Nationale, compte 50 membres élus au suffrage universel pour un mandat de quatre ans et 15 membres de droit, qui sont les ministres du gouvernement nommés par l’Emir. Le parlement a le pouvoir de démettre le Premier ministre, ou n'importe quel membre du Conseil des Ministres, de ses fonctions, en passant par une série de procédures constitutionnelles. Le parlement peut également aller à l’encontre d’un véto de l’Emir par un vote aux deux-tiers.
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Partiellement libre
Liberté politique :
5/7
Libertés individuelles :
5/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
105/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022