Libéria flag Libéria :

Risque pays du Libéria : Economie

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19" pour les réponses économiques clés des gouvernements.

L'économie libérienne se remettait encore de la récession causée par le virus Ebola, la chute des prix des matières premières et le retrait progressif de la mission de maintien de la paix des Nations unies (MINUL) lorsque la pandémie de Covid-19 a éclaté. Après deux années de récession, la croissance du PIB est revenue à 3,6 % en 2021, et elle devrait encore se renforcer pour atteindre 4,7 % en 2022 et 4,9 % en 2023 (FMI). La croissance économique sera tirée par la demande extérieure en produits des secteurs agricole (caoutchouc, hévéa, cacao, huile de palme) et minier (fer, or, diamant) (Coface).

En 2021, la croissance économique du Libéria est revenue en territoire positif et les finances publiques ont commencé à se redresser. Les autorités ont poursuivi le programme de réformes soutenu par l'accord quadriennal de la facilité élargie de crédit (FEC) approuvé par le FMI en décembre 2019. Le déficit budgétaire est passé de -3,7 % du PIB en 2020 à -3 % du PIB en 2021, et devrait encore diminuer à -2,5 % du PIB en 2022, grâce à l'amélioration des recettes minières et aux engagements de maîtrise des dépenses dans le cadre de la FEC (Coface). La dette publique a également diminué, passant d'une estimation de 61,9 % du PIB en 2020 à 56,6 % du PIB en 2021, et elle devrait encore baisser à 54,8 % du PIB en 2022 avant de remonter à 55 % du PIB en 2023 (FMI). La dette publique est principalement extérieure et presque exclusivement multilatérale et concessionnelle, réduisant le risque de surendettement (Coface). L'inflation est passée de 17 % en 2020 à 5,9 % en 2021, mais elle devrait remonter à 11,8 % en 2022 en raison des prix élevés des matières premières (FMI). Elle devrait baisser à 9,6 % en 2023 (FMI). Même si elles resteront faibles, les réserves de change devraient légèrement augmenter, permettant au dollar libérien de poursuivre sa stabilisation après deux décennies de dépréciation (Coface). Les autorités libériennes restent attachées au programme de réforme convenu avec le FMI visant à rétablir la stabilité macroéconomique, à promouvoir une croissance durable et inclusive et à remédier aux faiblesses de la gouvernance. Le programme « Pro-Poor » du président George Weah vise à remédier au manque d'infrastructures, à promouvoir l'accès aux services publics de base et à lutter contre la corruption, mais il a été retardé en raison d'un manque de financement. Parmi les priorités figurent la réduction de la pauvreté, la création d'emplois, l'amélioration des infrastructures et le développement agricole pour accroître la production alimentaire.

Le Libéria reste un pays pauvre, avec un taux de chômage élevé (des chiffres fiables ne sont pas disponibles, mais l'estimation modélisée de l'OIT par la Banque mondiale est de 4 % pour 2020), des emplois précaires et de fortes tensions sociales. Le Libéria fait partie des cinq pays les plus pauvres du monde, avec 85 % de la population sans emploi formel et 84 % de la population vivant avec moins de 1,25 USD par jour. Selon la Banque mondiale, seulement 25 % de la population a accès à l'eau potable. Le Libéria a également l'un des taux de mortalité infantile et maternelle les plus élevés. Enfin, les combattants désarmés des conflits précédents n'ont pas encore pu s'intégrer pleinement dans la société civile et pourraient être tentés de former ou de rejoindre des milices régionales. Selon la Banque mondiale, en raison de la pandémie, la population vivant en dessous du seuil de pauvreté national est passée de 55,5 % en 2019 à 68,9 %, ce qui signifie que 526 000 Libériens supplémentaires risquent de tomber dans la pauvreté.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 
 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
Allafrica, Liberia News
Liberia Newspapers online
Profil pays de la BBC
Les ressources utiles
Ministère du commerce et de l’industrie
Ministère des mines et de l’énergie
Ministère de l’agriculture
Banque Centrale

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022