Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Libye.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Libye flag Libye :

Présentation de la Libye : Politique

Chefs de gouvernement
Président du Conseil présidentiel: Mohamed al-Menfi (depuis le 15 mars 2021)
Premier ministre: Abdul Hamid Dbeibeh (depuis le 15 mars 2021)
Les prochaines élections :
Les élections législatives du pays devaient se tenir le 21 décembre 2021. Cependant, ce jour-là, le chef de la Haute Commission électorale nationale (HNEC) a ordonné la dissolution des commissions électorales dans tout le pays, ce qui a entraîné le report indéfini des élections.
Des élections législatives sont prévues en 2022.
Main Political Parties
Le gouvernement libyen d'entente nationale (GNA) a été formé en tant qu'institution intérimaire au lendemain de la guerre civile. Le GNA a fait face à la concurrence de l'Armée nationale libyenne (LNA) basée à Tobrouk, bien qu'elle ait été reconnue par l'ONU comme l'organe dirigeant légitime. En mars 2021, la Chambre des représentants, auparavant fidèle à la LNA, a approuvé la formation d'un gouvernement d'unité nationale, qui a pour tâche d'unifier deux forces rivales.

Les plus grandes forces politiques du pays comprennent:
- L'Alliance des Forces Nationales (AFN) : libéral, coalition modérée rassemblant au moins 58 partis, détient presque la moitié des sièges au parlement, professe un "islam modéré"
- Le Parti de la Justice et de la Construction (PJC) : droite, ne participe pas au gouvernement, branche importante des Frères Musulmans, Islamiste, ne peut plus opérer au grand jour
- Parti du Front National : libéral, progressiste
- Union pour la Patrie : centre, localiste, populiste
- Parti Centriste National : centre
- Parti de la Patrie : conservateur, démocratie islamiste


Parmi les autres partis, on trouve Ya Biladi, La Voix des Femmes Libyennes, et les Salafistes

Nature de l'Etat :
Républicain (en transition).
Le pouvoir exécutif
Auparavant, le régime libyen, en particulier son système politique et économique, était basé sur le Livre Vert, œuvre fondatrice du Colonel Kadhafi qui voyait en ce livre une troisième théorie universelle de synthèse entre le libéralisme et le marxisme.

Depuis la guerre civile et le changement politique qui a suivi, l'ONU a reconnu le Conseil national de transition libyen (TNC) comme l'autorité gouvernementale légitime de la Libye jusqu'à ce qu'un gouvernement intérimaire soit en place. Le TNC a été suivi par le Gouvernement d'accord national (GNA), qui a dû faire face à la concurrence de l'Armée nationale libyenne (ANL) basée à Tobrouk, bien qu'elle ait été reconnue par l'ONU comme l'organe dirigeant légitime. En mars 2021, la Chambre des représentants, auparavant fidèle à l'ANL, a approuvé la formation d'un gouvernement d'unité nationale, qui a pour tâche d'unifier deux forces rivales.

Le pouvoir législatif
Auparavant, le pouvoir législatif en Libye était monocaméral. Le parlement était constitué du Congrès Général du Peuple (CGP). Ses membres étaient des représentants élus (appelés secrétaires) de près de 600 institutions locales appelées "Congrès du Peuple de base" et dont le mandat était de 4 ans.


Le Haut Conseil d'État agit en tant qu'organe consultatif visant à réunir le gouvernement basé à Tripoli avec la Chambre des représentants basée à Tobrouk. Le Conseil est en mesure de conseiller à la fois le gouvernement intérimaire d'accord national (GNA) et la Chambre des représentants (HoR), et ses 145 membres ont été nommés par les membres restants de son prédécesseur, le Congrès national général libyen.

 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7
Libertés individuelles :
6/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
165/180

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022