Mali flag Mali :

Risque pays du Mali : Commerce international

Le Mali a une économie ouverte dans laquelle le commerce représente environ 65 % du PIB du pays (Banque mondiale, 2020). Les droits de douane sont relativement faibles (le taux de droit moyen appliqué est de 10 %) et il existe très peu d'obstacles juridiques ou réglementaires au commerce. Le Mali exporte principalement de l'or (72,9 % des exportations totales en 2019, Comtrade), du coton (11,6 %), des animaux vivants et des engrais ; important principalement des huiles de pétrole (27% des importations totales), du ciment (4%), des médicaments et des appareils électriques.

Le pays est membre de l'OMC, de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) et de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dont l'objectif est de réduire les barrières commerciales par la création d'un marché commun. L’un des principaux objectifs du Mali était d’atteindre l’autosuffisance en matière de production céréalière et de devenir le premier fournisseur de céréales des pays d’Afrique de l’Ouest. Cependant, bien qu'il ait obtenu des résultats satisfaisants, le Mali n'est pas encore devenu un exportateur net de céréales. La production de coton, en revanche, a augmenté au cours de la dernière campagne agricole, permettant au Mali de devenir le plus grand fournisseur de coton en Afrique. L'adoption de sanctions économiques par la CEDEAO et l'UEMOA début 2022, notamment un embargo commercial et financier et la fermeture des frontières, pourrait avoir un impact négatif sur le commerce. L'essentiel des exportations du Mali est destiné à l'Afrique du Sud (36,5 % des exportations totales), suivie de la Suisse (35,6 %), du Bangladesh (7,1 %), de la Côte d'Ivoire (4,2 %) et du Burkina Faso (2,8 %). Le Sénégal (qui représente 22,5 % des importations totales du Mali) est le principal fournisseur, suivi de la Chine (15,8 %), de la Côte d'Ivoire (10,6 %) et de la France (7,9 %) (Comtrade, dernières données disponibles).

La balance commerciale du Mali est structurellement déficitaire et largement dépendante des cours des matières premières. Selon les chiffres de l'OMC, en 2020, les exportations de marchandises du pays sont passées à 3,92 milliards USD (contre 3,68 milliards USD en 2019), tandis que les importations de marchandises ont diminué à 4,88 milliards USD (contre 5,13 milliards USD). Le Mali est également un importateur net de services : la valeur des importations de services commerciaux s'est élevée à 1,61 milliard USD, contre 542 millions USD pour les exportations. Selon le gouvernement malien, malgré une production de coton plus élevée attendue en 2022, la baisse des prix de l'or contribuera à la détérioration de la balance commerciale. La facture des importations restera importante, du fait de la reprise de la demande intérieure et des prix élevés de l'énergie (Coface).

 
La coopération économique internationale
Membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA)

Membre de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO)

L'évaluation de la politique commerciale
La politique commerciale du pays, selon l'OMC
Le droit de douane moyen (hors produits agricoles)
12,46%
Les ressources utiles
Service des douanes
Organisation nationale pour la propriété intellectuelle
Retrouvez sur cette page le contact du Centre malien de la propriété industrielle (CEMAPI)

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022