Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Nouvelle-Zélande.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Nouvelle-Zélande flag Nouvelle-Zélande :

Risque pays de la Nouvelle-Zélande : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Le PIB de la Nouvelle-Zélande a augmenté de 2,4 % en 2019 contre 3,2 % en 2018, mais est tombé à -2,1 % en 2020 en raison de l'épidémie de COVID-19. Néanmoins, la croissance est revenue à +5,1% en 2021 et devrait se maintenir à 3,3% en 2022 avant de redescendre à 1,7% en 2023 selon les prévisions actualisées du FMI d'octobre 2021. Le pays dépend fortement de la consommation pour soutenir son PIB, même si des taux d'intérêt bas, une politique budgétaire et monétaire bienveillante et des augmentations des salaires réels dues à la baisse du chômage contribuent également à sa croissance économique. Sa proximité avec l'Asie et l'Australie, ainsi que des secteurs agricoles solides renforcent également l'économie. L'environnement entrepreneurial du pays est l'un des plus efficaces et des plus compétitifs au monde.

Selon le FMI, le solde public a clôturé à -5,4% du PIB en 2020 et -7,6% en 2021 et devrait être ramené à -6,5% puis -3,3% en 2022 et 2023 respectivement. En raison de la pandémie de Covid-19, la dette nationale a fortement augmenté, passant de 43,6 % du PIB en 2020 à 52 % du PIB en 2021. Elle devrait encore augmenter en 2022 à 56,9 % et en 2023 à 58,5 %. Le taux d'inflation est resté faible en 2020 à 1,7% mais a augmenté à 3% en 2021 et devrait rester stable à 2,2% et 2% au cours des deux prochaines années selon les dernières Perspectives de l'économie mondiale du FMI (octobre 2021). Néanmoins, les pressions inflationnistes se sont intensifiées au cours de l'année écoulée, la pandémie ayant perturbé à la fois la demande et l'offre et elles ont atteint leur point le plus haut depuis 30 ans en février 2022 (New Zealand Treasury, 2022). Les défis économiques comprennent la dépendance à l'égard des investissements étrangers, l'endettement élevé des ménages et des entreprises, la dépendance à la demande chinoise, l'insuffisance de travailleurs qualifiés, la faible R&D et la pénurie de logements. L'économie est également vulnérable aux prix internationaux des produits de base, en particulier les produits laitiers et la viande. Des fonds publics importants ont été alloués à la reconstruction des routes, des voies ferrées et au programme KiwiBuild. En outre, le gouvernement a restreint l'accès aux travailleurs peu qualifiés et aux visas étudiants pour atténuer la demande de logements, ce qui a fait craindre une pénurie de main-d'œuvre et une baisse de la croissance démographique. En conséquence, la consommation privée a faiblement augmenté en 2021.

En 2022, le défi le plus immédiat du pays reste lié aux impacts économiques, sociaux et de santé publique de la pandémie de COVID-19. Le taux de chômage est passé de 4,2 % en 2019 à 4,6 % en 2020 et 4,3 % en 2021 malgré l'impact économique négatif de la pandémie de COVID-19. Il devrait atteindre 4,4 % en 2022 et 4,7 % en 2023. Parmi les principaux problèmes sociaux auxquels le gouvernement néo-zélandais est confronté, on peut citer la gestion du vieillissement de la population et l'augmentation des coûts des soins de santé, la stimulation de l'emploi et des revenus des ménages, la réduction des grossesses chez les adolescentes et la pauvreté des enfants, enfin, le gouvernement doit faciliter l'accès au logement.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 

Classement de l'environnement des affaires

Définition :

Le classement de l'environnement des affaires mesure la qualité ou l'attractivité de l'environnement des affaires dans les 82 pays couverts par les prévisions de The Economist. Cet indicateur est défini par l'analyse de 10 critères : l'environnement politique, l'environnement macro-économique, les opportunités d'affaires, les politiques à l'égard de la libre entreprise et de la concurrence, les politiques à l'égard de l'investissement étranger, le commerce extérieur et le contrôle des changes, les taux d'imposition, le financement des projets, le marché du travail et la qualité des infrastructures.

Note :
8.04/10
Rang mondial :
12/82

Source : The Economist Intelligence Unit - Business Environment Rankings 2021-2025

 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
National Business Review
The New Zealand Herald
La presse en ligne
Interest
Les ressources utiles
Ministère du Développement Economique
Ministère des affaires, de l'innovation et de l'emploi
Ministère des affaires étrangères et du commerce
Banque Centrale de Nouvelle-Zélande

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022