Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Qatar.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Qatar flag Qatar :

Risque pays du Qatar : Commerce international

La politique commerciale du Qatar est essentiellement axée sur la création d'une économie moderne et libérale. Cela se reflète dans sa promotion de l'investissement (tant national qu'étranger), ses programmes de diversification commerciale aux niveaux régional et international et son adhésion à plusieurs organisations, telles que l'OMC. Le commerce représente 90 % du PIB du pays en 2020 (Banque mondiale, 2022). Les combustibles minéraux, les huiles et les produits de distillation représentaient plus de 85% des exportations du pays en 2021 (principalement le gaz naturel, suivi du brut et d'autres produits pétroliers), tandis que les importations étaient dominées par les produits manufacturés, en particulier les machines, les chaudières, les équipements électriques et électroniques et les véhicules. autre que chemin de fer et tramway.

Les principaux partenaires commerciaux étaient le Japon (16 %), la Chine (16 %), l'Inde (15 %) et la Corée du Sud (13 %). Les principaux fournisseurs du Qatar étaient les États-Unis (16 %), la Chine (15 %) et le Royaume-Uni (7,3 %). Le Qatar a très peu de barrières commerciales et des droits de douane relativement bas. Il a signé un certain nombre d'accords de libre-échange, tant bilatéraux que via le Conseil de coopération du Golfe, et a conclu un nouvel accord commercial avec le Pakistan en février 2020.

Bénéficiant de fortes recettes pétrolières et gazières, la balance commerciale du Qatar est structurellement positive (41,5 milliards USD en 2019 mais 27,1 milliards USD en 2020). La fluctuation des prix du pétrole et la pandémie de COVID19 ont pesé sur le surplus ces dernières années. Les exportations ont diminué en 2020 à 51,5 milliards USD, contre 72,9 milliards USD un an plus tôt) tandis que les importations ont été réduites de manière significative (25,8 milliards USD contre 29,1 milliards USD un an plus tôt). Comme de nombreux pays de la région, le Qatar reste un importateur net de services : les importations ont atteint 32,9 milliards USD en 2020, tandis que les exportations se sont élevées à 18,3 milliards USD. Selon les estimations, l'excédent commercial, y compris les services, est tombé à 11,8 milliards USD en 2020, contre 25,2 milliards USD l'année précédente (OMC, 2021).

L'excédent commercial du Qatar est passé à 25,6 milliards QAR en décembre 2021 (7,03 milliards USD), contre 8,6 milliards QAR à la même période de l'année dernière. Les exportations ont grimpé de 107,8 % pour atteindre 35,6 milliards de QAR (9,77 milliards USD), en raison de la hausse des ventes de gaz de pétrole et d'autres hydrocarbures gazeux (+147,1 %), d'huiles de pétrole brut et d'huiles obtenues à partir de minéraux bitumineux (+47,9 %) et de produits non bruts. huiles de pétrole et huiles obtenues à partir de minéraux bitumineux avec une augmentation de 77,9% des ventes (Ministère de la Planification du Développement et des Statistiques, 2022).

 
La coopération économique internationale
Membre du Conseil de Coopération du Golfe (CCG)

Membre de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP).

Le pays est également membre de la Grande Zone Arabe de libre échange (GAFTA), un pacte de la Ligue arabe entré en vigueur depuis le 1er janvier 2005 qui vise à former une zone de libre-échange arabe.

L'évaluation de la politique commerciale
La politique commerciale du pays, selon l'OMC
Barrières aux échanges, recensées par les Etats-Unis
Le droit de douane moyen (hors produits agricoles)
Conformément à l’Union douanière du Conseil de Coopération du Golfe (CCG), dont les grandes lignes sont décrites dans la loi N° 41/2022 et qui a été mise en place le 1 janvier 2003 sous le nom de loi douanière unifiée du CCG, le Qatar prélève une taxe ad valorem de 5% sur la valeur de facturation des coûts, de l’assurance et du fret de la plupart des produits importés, notamment les produits alimentaires.

Des exceptions et des restrictions subsistent lorsque l’on importe au Qatar :
-    Le CCG a approuvé des exonérations pour approximativement 400 biens (notamment des produits alimentaires de base tels que le bétail, les fruits et les légumes frais, les fruits de mer, le blé, la farine, le riz, les céréales fourragères, les épices, les semences et le lait en poudre), les importations diplomatiques et consulaires, les produits militaires et de sécurité, l’aviation civile, les effets personnels et les articles ménagers, les bagages de cabine et les cadeaux que les passagers gardent avec eux, les biens destinés à des œuvres caritatives, les bateaux et les autres navires pour le transport de personnes ainsi que les plateformes flottantes, et enfin les produits destinés à des projets industriels.
-    Des droits de douane de 30% sont prélevés sur les importations d’urée et de 15% sur les importations d’enregistrements et d’instruments musicaux.
-    Le porc et les produits dérivés du porc sont interdits dans la législation qatarienne.
-    Les produits du tabac et les boissons alcoolisées sont soumis à des droits de douane de 100% à l’importation.

Les projets financés par la Banque de développement industriel du Qatar (en anglais Qatar Industrial Development Bank ou QIDB) peuvent se voir accorder une exonération de droits de douane pour l’importation de machines, de matières premières et d’autres matériaux industriels.
Les ressources utiles
Direction des douanes du Qatar
Organisation nationale pour la propriété intellectuelle
Le ministère de l'Économie et du Commerce, Direction des marques, des dessins et des modèles industriels.

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022