Soudan flag Soudan :

Risque pays du Soudan : Economie

Pour les dernières prévisions sur les impacts économiques causés par la pandémie de coronavirus, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19" pour les réponses économiques clés des gouvernements.

Depuis la sécession du Soudan du Sud en 2011, la situation économique est difficile. Le Soudan a perdu un tiers de son territoire, un quart de sa population, 75 % de ses réserves pétrolières et plus de 75 % de ses recettes fiscales, et est entré en récession. Pour éviter une perte de production et de revenus, un accord a été conclu en 2012 entre le Soudan du Sud (riche en réserves de pétrole, mais sans infrastructure) et le Soudan, où se trouvent de nombreuses infrastructures. En conséquence, le Soudan du Sud a versé une part de ses revenus au Soudan pour le transport de son pétrole. En 2020, la récession s’est aggravée et l’économie s’est contracté à -3,6 % du PIB en raison de la pandémie de Covid-19, d'une infestation acridienne et d’inondations. En 2021, la croissance du PIB du Soudan s'est légèrement redressée à 0,9 % (FMI). Elle devrait se renforcer à 3,5 % en 2022 et 5 % en 2023 selon les estimations du FMI. Cependant, le coup d'État militaire d'octobre 2021 a assombri les perspectives économiques du pays. La reprise économique du Soudan dépendra du soutien financier international, lui-même tributaire de la formation d'un gouvernement civil, de la libération des prisonniers politiques, de la levée de l'état d'urgence et de l'arrêt des violences contre les manifestants pacifiques (Coface).

En 2021, l'économie soudanaise a commencé à se remettre de la profonde récession qui sévit dans le pays depuis 2018 et qui a été exacerbée par la pandémie de Covid-19. Cependant, les partenaires financiers du Soudan (dont les États-Unis, la Banque mondiale et le FMI) ont suspendu leur aide suite au coup d'État militaire qui s'est accompagné de la déclaration de l'état d'urgence et de violations des droits de l'homme. Le solde budgétaire est passé d'un excédent de 6 % du PIB en 2020 à un déficit de -2 % du PIB en 2021, et devrait encore augmenter à 3 % en 2022 (Coface). L'aide budgétaire extérieure vitale des partenaires bilatéraux et multilatéraux est conditionnée à une transition démocratique. La dette extérieure, dont une grande partie est en arriérés, est insoutenable bien qu'elle ait été réduite de moitié dans le cadre de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE). Le Soudan est dans une situation d'endettement extrême. Comme près de 90% de la dette publique est extérieure et libellée en devises, elle augmente après chaque dévaluation (Coface). Estimée à 272,9 % du PIB en 2020, la dette publique a diminué pour atteindre 209,9 % du PIB en 2021 et devrait encore diminuer pour atteindre 176,6 % du PIB en 2022 et 157,3 % du PIB en 2023 (FMI). L'hyperinflation et les dévaluations, combinées à une faible confiance dans le système bancaire, ont déclenché une crise de liquidité (Coface). Selon les estimations du FMI, l'inflation a continué de grimper, passant de 163,3 % en 2020 à 194,6 % en 2021. Elle est alimentée par la monétisation du déficit, les perturbations de l'approvisionnement en nourriture et en carburant dues aux manifestations et la faible productivité agricole (Coface). Le FMI prévoit une baisse de l'inflation à 41,8 % en 2022 et 17,6 % en 2023, tandis que Coface prévoit un taux d'inflation de 100 % pour 2022. La priorité est de stabiliser l'économie, mais l'aide internationale cruciale nécessaire pour soutenir la reprise économique dépend d'un transition démocratique désormais au point mort. Les autorités soudanaises chercheront à signer un accord avec le FMI, dans la continuité du précédent Staff-Monitored Programme (SMP). Outre la stabilisation économique, les principaux objectifs étaient de renforcer la protection sociale, de dynamiser le secteur privé et d'améliorer la gouvernance.

La situation humanitaire est dramatique avec un grand nombre de déplacés et de réfugiés. Les tensions sociales se sont accrues, alimentées par la hausse des prix et le manque de produits de première nécessité. Le Soudan souffre d'inégalités économiques, d'un chômage élevé (19,6 % en 2020 selon la Banque mondiale) et de services sociaux inadéquats. L'espérance de vie dans le pays est de 64,4 ans et près de la moitié de la population vit au niveau ou en dessous du seuil de pauvreté. La dépréciation rapide du taux de change et l'inflation persistante ont aggravé une situation déjà difficile. En raison de la pandémie de COVID-19, le taux de pauvreté a augmenté pour atteindre environ 56 % de la population (BAD). Le Soudan est classé 170e sur 189 pays dans l'indice de développement humain publié par le PNUD.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

Note :
39,1/100
Rang mondial :
175
Rang régional :
47


Source : Indice de liberté économique, Heritage Foundation

 
 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
The New Humanitarian
Journaux soudanais en ligne
Allafrica, Sudan News
Profil pays de la BBC
Les ressources utiles
Ministère des finances et de la planification économique
Ministère des ressources pétrolières et gazières
Banque Centrale

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022