Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Syrie.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Syrie flag Syrie :

Risque pays de la Syrie : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

La Syrie est en proie à une guerre dévastatrice depuis 2011. Selon une étude publiée par la Banque mondiale, le conflit aurait provoqué une contraction du PIB de -12% en moyenne entre 2011 et 2018, et la crise humanitaire a causé la perte de 400 000 à 470 000 personnes. L'économie syrienne, qui atteignait 60,5 milliards de USD en 2010, se situe désormais entre 24,5 et 28,5 milliards de USD. Cependant, il est extrêmement difficile d'évaluer la santé financière du pays car le PIB en temps de guerre peut être très instable en raison de l'aide étrangère et de la destruction continue. Le retour de plusieurs provinces sous le contrôle du régime de Bashar Al-Assad devait rétablir une certaine stabilité nécessaire au démarrage de la reconstruction et de la reprise économique. Cependant, la crise libanaise, les nouvelles sanctions imposées par les États-Unis et l'éclosion du COVID-19 ont encore aggravé la situation en 2020. Les perspectives pour 2021 ne sont pas meilleures. Le PIB réel devrait encore se contracter en 2021, sous l'effet de la baisse de la consommation privée (The Economist Intelligence Unit).
 
Avec l'aide de ses alliés russes et iraniens, Bachar Al-Assad a repris le contrôle de la majeure partie du territoire syrien et s'est fait vainqueur d'une guerre essentiellement terminée. Mais le pays est en ruine, la destruction du capital physique du pays étant estimée à environ 120 milliards de USD, et la perte de PIB est estimée à près de 325 milliards de USD (UNESCWA). La reconstruction tant attendue ne se concrétise pas. Les entreprises font face à des pénuries d'énergie et d'eau et sont régulièrement secouées par le manque de liquidités. Les sanctions internationales ont automatiquement gelé les échanges avec l'extérieur et les pays partenaires voisins (Iran, Liban) sont confrontés à des difficultés économiques et financières. Impactée par la crise libanaise depuis 2019, le durcissement des sanctions américaines en vertu du Caesar Act et la pandémie de COVID-19, l'économie syrienne s'est encore détériorée depuis 2020. La livre syrienne qui s'est effondrée depuis 2019, et a atteint de nouveaux niveaux historiquement bas en mars 2021, s'échangeant autour de 4 000 livres pour 1 USD (contre 500 livres pour 1 USD début 2019 et moins de 50 livres pour 1 USD avant le début du conflit). Le nord de la Syrie a souffert de l'effondrement de la valeur de la livre turque, qui est la monnaie principale adoptée dans la région d'Idlib. Avec la flambée de l'inflation, la nourriture et le carburant sont devenus inabordables. De plus, alors que l'eau de l'Euphrate est tombée à son plus bas niveau, le nord-est de la Syrie connaît une crise de l'eau et une sécheresse depuis l'été 2021. Dans ce contexte, la reprise économique semble difficile, d'autant plus que les puissances occidentales vont participer à l'effort de reconstruction qu'en échange d'une transition politique. Reflétant la profondeur de la crise, le budget 2022 est le plus petit depuis 2011 (5,3 milliards de USD) et le déficit budgétaire est projeté à 1,6 milliard de USD (Alarabiya).
 
Sur le plan humanitaire, la situation est catastrophique. Environ 6,2 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays et 5,6 millions sont officiellement enregistrées comme réfugiés (Banque mondiale). La situation sociale du pays était déjà grave avant la crise: un tiers de la population vivait en dessous du seuil de pauvreté, le chômage touchait 20% de la population (75% des chômeurs étaient âgés de 15 à 24 ans) et le taux de croissance démographique était très élevé (3,3% par an). Depuis le début de la guerre, la situation n'a fait qu'empirer. La classe moyenne a disparu. Selon les estimations de l'ONU, plus de 80% de la population vit actuellement sous le seuil de pauvreté et la moitié de la population est au chômage (CIA Factbook). La Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale (CESAO) a estimé le coût total de la reconstruction syrienne à 388 milliards de dollars, mais pourrait atteindre 600 milliards de dollars sur la base d'autres estimations. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) estime qu'entre mars 2011 et mars 2019, le conflit a fait 570 000 morts. En 2020, les sanctions américaines et l'épidémie de COVID-19 ont aggravé la situation, l'insécurité alimentaire augmentant considérablement.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 
 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
Syrian Arab News Agency
The Syria Times
The Syrian Observer
Les ressources utiles
Ministère de l'Economie
Ministère des Finances (en arabe)
Banque Centrale de Syrie

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022