Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Thaïlande.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Thaïlande flag Thaïlande :

Présentation de la Thaïlande : Politique

Chefs de gouvernement
Roi: Maha Vajiralongkorn, Rama X (depuis le 13 décembre 2016) - héréditaire
Premier ministre: Prayut Chan-o-cha (depuis le 25 août 2014, agissant depuis le 22 mai 2014)
Les prochaines élections :
Sénat: 2024
Chambre des représentants: 2023
Le contexte politique actuel
En mars 2019, des élections générales ont eu lieu en Thaïlande pour la première fois depuis le coup d'État de 2014, dans le cadre d'un nouveau système complexe qui autonomisait les petits partis et l'armée. En juillet 2019, le chef de la junte Prayuth Chan-o-choa a ordonné la fin du régime militaire, mais a conservé le pouvoir en tant que Premier ministre. Le nouveau gouvernement civil s'est concentré sur la lutte contre la lenteur de la croissance économique et le vieillissement de la main-d'œuvre. Le nouveau gouvernement bénéficie du soutien de l'alliance royaliste-militaire. Une série de manifestations a commencé en 2020 en réponse à la décision de la Cour constitutionnelle de dissoudre le New Future Party qui avait 81 sièges à la chambre basse. Cette décision a permis au gouvernement de renforcer sa majorité dans cette chambre (270 des 500 sièges). En 2021, les manifestants réclamaient surtout la réforme de la monarchie, notamment du statut du souverain, ainsi que la réécriture de la constitution de 2017, qui donne un large pouvoir aux 250 sénateurs, choisis par l'armée. Ils réclament toujours la dissolution du Parlement et la démission du Premier ministre. Les autorités refusent de faire des concessions.
Alors que la Thaïlande a réussi à endiguer la vague d'infections au COVID-19, l'impact économique a été sévère depuis 2020 et a entraîné des pertes d'emplois généralisées.
Main Political Parties
La Thaïlande maintient un système multipartite, mais les partis politiques traditionnels ont vu leur rôle réduit au parlement depuis le coup d'État dirigé par les militaires en 2014. Actuellement, le parlement est dominé par les militaires. Les principaux partis politiques sont:
Pheu Thai Party (PTP); centre-droit, populisme, libéralisme économique
Parti Palang Pracharath: droite, conservatisme, pro-militaire
Future Forward Party: centre-gauche, progressisme, anti-militarisme
Parti démocrate: centre-droit, libéralisme classique
Parti Bhumjaithai: centre, poppulisme
Parti libéral thaïlandais: centre-gauche, anti-militarisme, progressisme
Chartthaipattana Partie: droite, conservatisme
Nature de l'Etat :
La Thaïlande est un royaume. Monarchie constitutionnelle basée sur une démocratie parlementaire.
Le pouvoir exécutif
La Thaïlande est gouvernée par une monarchie constitutionnelle. Le roi est le chef de l'État et la monarchie est héréditaire. Traditionnellement, il a peu de pouvoir direct, mais bénéficie d'un énorme respect populaire et d'une autorité morale, qui a été utilisée à l'occasion pour résoudre une crise politique et assurer la stabilité nationale. Le pouvoir officiel appartient au gouvernement. Le Premier ministre est le chef du gouvernement et détient tous les pouvoirs exécutifs, y compris la mise en œuvre de la loi dans le pays et la gestion des affaires quotidiennes. En vertu de la nouvelle Constitution approuvée en avril 2017, les personnes extérieures au parlement peuvent exercer les fonctions de Premier ministre. Le cabinet est nommé par le roi sur recommandation du Premier ministre.
Les 77 provinces de Thaïlande administrées chacune par un gouverneur nommé sont divisées en districts, sous-districts (tambons) et villages.
Le pouvoir législatif
La législature en Thaïlande est bicamérale. Le parlement du pays est l'Assemblée nationale. Il se compose du Sénat (la chambre haute) avec 250 sièges, tous ses membres nommés par l'armée royale thaïlandaise, en vertu de la nouvelle Constitution adoptée en avril 2017, pour un mandat de cinq ans; et la Chambre des représentants (la chambre basse) avec 500 sièges, ses membres étant élus au suffrage populaire pour un mandat de quatre ans (375 élus directement par le biais d'élections dans une circonscription unique et 125 élus par le biais de la représentation proportionnelle de liste de parti). La branche exécutive du gouvernement dépend directement ou indirectement du soutien du parlement, souvent exprimé par un vote de confiance. Le gouvernement ne peut opposer son veto aux actes adoptés par le parlement.
 

Indicateur de liberté politique

Définition :

L'indicateur de liberté politique fournit une évaluation annuelle de l'état de la liberté dans un pays, telle qu'elle est vécue par les individus. L'enquête mesure le degré de liberté à travers deux grandes catégories : la liberté politique et les libertés individuelles. Le processus de notation est basé sur une liste de 10 questions relatives aux droits politiques (sur le processus électoral, le pluralisme politique, la participation et le fonctionnement du gouvernement) et de 15 questions relatives aux libertés individuelles (sur la liberté d'expression, de croyance, le droit d'association, d'organisation et l’autonomie des individus). Des notes sont attribuées à chacune de ces questions sur une échelle de 0 à 4, où 0 représente le plus petit degré de liberté et 4 le plus grand degré de liberté. La note globale d’un pays est une moyenne des notes données à chaque question. Elle va de 1 à 7, 1 correspondant au plus haut degré de liberté et 7 au plus bas.

Classement :
Non libre
Liberté politique :
7/7
Libertés individuelles :
5/7

Liberté politique dans le monde (carte interactive)
Source : Liberté dans le monde, Freedom House

 

Indicateur de la liberté de la presse :

Définition :

Le classement mondial, publié chaque année, permet de mesurer les violations de la liberté de la presse dans le monde. Il reflète le degré de liberté dont bénéficient les journalistes, les médias et les net-citoyens de chaque pays et les moyens mis en œuvre par les Etats pour respecter et faire respecter cette liberté. Au final, une note et une position sont attribuées à chaque pays. Afin d’établir ce classement, Reporters Sans Frontières a réalisé un questionnaire adressé aux organisations partenaires, aux 150 correspondant de RSF, à des journalistes, des chercheurs, des juristes ou des militants des droits de l’homme, reprenant les principaux critères – 44 au total – permettant d’évaluer la situation de la liberté de la presse dans un pays donné. Ce questionnaire recense l’ensemble des atteintes directes contre des journalistes ou des net-citoyens (assassinats, emprisonnements, agressions, menaces, etc.) ou contre les médias (censures, saisies, perquisitions, pressions, etc.).

Rang mondial :
137/180

Source : Classement mondial de la liberté de la presse, Reporters Sans Frontières

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Octobre 2022