Accéder à la version complète

Ceci est une version réduite de la fiche pays Zimbabwe.
Identifiez-vous ou créez votre profil pour accéder à la version complète de la fiche pays.

Zimbabwe flag Zimbabwe :

Risque pays du Zimbabwe : Economie

Pour les dernières mises à jour sur les principales réponses économiques des gouvernements pour faire face à l'impact économique de la pandémie COVID-19, veuillez consulter la plateforme de suivi des politiques du FMI "Policy Responses to COVID-19".

Après deux années consécutives de récession provoquées par le passage du cyclone Idai et une forte sécheresse subie en 2019, suivies de l'émergence de la pandémie de COVID-19 en 2020, l'activité au Zimbabwe a rebondi en 2021, soutenue par une campagne agricole exceptionnelle et une relance de l'activité minière. La croissance a atteint environ 5,1 % du PIB en 2021, et elle devrait croître de 3,1 % en 2022 et de 3 % en 2023, principalement soutenue par la reprise du secteur agricole et l'augmentation de la consommation privée à mesure que la campagne de vaccination contre la COVID-19 progresse.

En 2021, l'inflation est passée de 557,2 % à 92,5 %, et on s'attend à ce que cette tendance à la baisse se poursuive en 2022 et 2023, lorsque les taux d'inflation devraient atteindre respectivement 30,7 % et 20,2 %. Le solde du compte courant a enregistré un excédent de 4,9% du PIB en 2021, tiré principalement par les transferts de fonds des expatriés, qui maintiennent un solde positif sur le compte de transfert. Toutefois, l'excédent devrait se réduire à 3,8 % en 2022 et 2,2 % en 2023, principalement en raison d'une augmentation des importations de biens et de services en réponse à la reprise de la demande intérieure. Malgré l'excédent du compte courant du Zimbabwe, la position extérieure du pays est fragile en raison des faibles entrées de capitaux. La dette du Zimbabwe reste à un niveau insoutenable en raison de l'accumulation d'arriérés extérieurs et de l'expansion de la dette intérieure. Selon le FMI, la dette publique brute représentait 54 % du PIB en 2021, mais elle devrait passer à 60,3 % en 2022 et 62 % en 2023. Dès 2018, les autorités avaient mis en place un programme de stabilisation transitoire 2018-20 pour rétablir la situation macroéconomique. et les soldes monétaires. Les mesures d'assainissement budgétaire devraient contenir la croissance des dépenses et arrêter la monétisation du déficit budgétaire. Selon la Banque africaine de développement, le pays aurait besoin de 3,4 milliards EUR/an pendant dix ans pour reconstruire ses infrastructures, alors que les arriérés détenus par les organisations internationales limitent la capacité du pays à recourir à l'aide internationale. L'un des principaux défis du pays est de rétablir une politique économique durable et crédible afin de reconstruire le pays et de compenser sa dette publique élevée. Le système bancaire a également besoin d'être renforcé. Même si le gouvernement met en œuvre une série de mesures pour atténuer l'impact social et économique de la pandémie, la crise du COVID-19 a exercé une pression sur les ressources publiques limitées du pays, de sorte que la reprise a été lente.


La situation sociale du pays est préoccupante. Selon certaines estimations, le taux de chômage est proche de 80 %, alors que d'autres sources affirment que le taux réel est plus proche de 15 %. Les estimations du taux de chômage s'élevaient à 5,3% en 2020 selon les données de la Banque mondiale (estimation modélisée par l'OIT). Cependant, ce taux ne reflète pas les pertes de revenus dues à la réduction des heures de travail, aux congés sans solde et à la diminution des opportunités d'activités des secteurs formel et informel qui a été exacerbée par la pandémie et a conduit des milliers de personnes parmi les plus pauvres du pays au chômage, laissant des millions de Zimbabwéens au bord de la famine. De plus, l'économie informelle est répandue et seulement 5 % des travailleurs ont un emploi formel. Par ailleurs, les épidémies s'aggravent, principalement le VIH/SIDA et le choléra, et l'espérance de vie n'a cessé de baisser ces dernières années, atteignant 58,56 en 2017, ce qui en fait le troisième pays à l'espérance de vie la plus faible au monde. L'accès à l'éducation est en baisse et l'échec de la réforme agraire a provoqué l'exode de nombreux agriculteurs. Selon la Banque mondiale, plus de 70 % de la population vit toujours en dessous du seuil de pauvreté et le taux d'extrême pauvreté est passé de 29 % en 2018 à près de la moitié des Zimbabwéens en 2020, la pandémie ayant provoqué un nouveau choc économique dans le pays.

 

Indicateur de liberté économique

Définition :

L'indicateur de liberté économique mesure dix composantes de la liberté économique, regroupées en quatre grandes catégories : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption) ; Le rôle de l'Etat (la liberté fiscale, les dépenses du gouvernement) ; L'efficacité des réglementations (la liberté d'entreprise, la liberté du travail, la liberté monétaire) ; L'ouverture des marchés (la liberté commerciale, la liberté d'investissement et la liberté financière). Chacune de ces 10 composantes est notée sur une échelle de 0 à 100. La note globale du pays est une moyenne des notes des 10 composantes.

 
 
Risque pays
Consultez l'analyse risque pays proposée par Credimundi.
Les principaux journaux on-line
The Herald
The Zimbabwe Independent
Daily News
The Sunday Mail
The Chronicle
NewsDay
NewZimbabwe.com
Allafrica, Zimbabwe News
Journaux et sites Internet du Zimbabwe
Profil pays de la BBC, Zimbabwe
Les ressources utiles
Ministère des finances et du développement économique
Affaires étrangères et commerce international
Ministère de l'Industrie et du Commerce
Ministère de l'agriculture
Ministère de l’environnement, du changement climatique, du tourisme et de l’hôtellerie (Site en dérangement)
Banque Centrale

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© Export Entreprises SA, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mai 2022